«Le culte de la victimisation» dans la politique ethnique éthiopienne: la soumission des Amharas à la triple victimisation

introduction

Point de départ

Le nombre de morts dans le «massacre» de l’ouest de l’Éthiopie atteint 207: Croix-Rouge (25 décembre 2020) [1]

Au moment de la rédaction de ce court article sur Victim Play dans la nouvelle politique éthiopienne, encore une fois plus de 200 Amhara et d’autres groupes minoritaires avaient été massacrés dans la région de Benishangul, quelques heures seulement après que le Premier ministre éthiopien eut quitté la région, apparemment pour des raisons de sécurité [2]. «Les assaillants ont incendié les maisons de villageois endormis et ont tiré et poignardé des gens lors de l’attaque de mercredi. L’attaque est survenue un jour après la visite du Premier ministre Abiy Ahmed dans la région. On ne sait pas qui étaient les assaillants, mais ils semblaient avoir ciblé des communautés ethniques minoritaires considérées comme des «colons» dans la région, a déclaré le groupe de défense des droits Amnesty International [3], «Au moins 100 décès ont été signalés jusqu’à présent. Avec des dizaines de personnes toujours portées disparues et des maisons toujours en feu, le nombre de morts est susceptible d’augmenter et il doit y avoir une enquête urgente sur cette horrible attaque. Les auteurs doivent être traduits en justice et les autorités éthiopiennes doivent préciser que ce type de violence ne sera pas toléré »(ibid).

Au cours des deux dernières années seulement, plusieurs milliers d’habitants d’Amhara et d’Agew ont été assassinés et brutalisés, et des dizaines de milliers ont été déplacés et sans abri. Nous avons entendu dire que le TPLF [4] avait semé les graines de la haine et qu’il était directement et indirectement derrière les pogroms et les crimes génocidaires contre, en particulier, l’ethnie Amhara et les fidèles orthodoxes. Le TPLF avait été blâmé pour avoir opposé l’Oromo à Amhara; ils avaient lancé des groupes armés dans la région de Bensihangul contre les Amhara avec l’aide de leurs laquais [5]. Bien que les Amhara aient été et sont utilisés comme leur épouvantail, l’objectif ultime du TPLF était de démanteler l’Éthiopie. C’est ce que nous avons entendu et documenté jusqu’à il y a quelques semaines. L’action militaire de novembre des forces fédérales éthiopiennes semble avoir paralysé le TPLF; il a nettoyé ces voyous de la plupart des régions du Tigré, et leurs dirigeants se sont cachés ou ont déjà fui le pays, tandis que certains ont déjà été arrêtés.
Nous avons entendu dire que «les juntes sont complètement vaincues». On se demande alors qui est à l’origine des récentes attaques dans la région de Benishangul et d’Oromia? Pouvons-nous affirmer que les agents du TPLF sont toujours impliqués? Des groupes armés opérant indépendamment? Soutenu par l’Égypte ou le gouvernement soudanais? Qui représente les groupes armés? Dans quelle mesure les forces de sécurité locales sont-elles impliquées dans le crime? Quiconque a commis les atrocités, le gouvernement central et les dirigeants militaro-politiques et sécuritaires régionaux sont de toute façon responsables. Le Premier ministre lui-même, par exemple, ne peut pas être absous ou libéré de la culpabilité des conséquences qui en découlent.

Les personnes d’ethnie amhara s’identifient pour la plupart, sinon principalement, comme des Ethiopiens et deuxièmement avec leur lieu d’origine (c’est-à-dire les provinces ou les districts). Moges (2020) a écrit à juste titre que «Historiquement, la conscience publique a été basée sur des sous-régions (Gojjam, Gondar, Shewa ou Wollo), ou même des zones ou districts plus petits. Tout ce qui est plus important a été l’identité nationale éthiopienne ». Jusqu’au dernier quart du 20e siècle, «Amhara» n’était utilisé (sous la forme amariñña) que pour désigner l’amharique, la langue ou la province médiévale située à Wollo (région moderne d’Amhara). Aujourd’hui encore, la plupart des personnes étiquetées par des étrangers comme «Amhara» se désignent simplement comme «Éthiopien» ou à leur province (par exemple, Gojjamé de la province de Gojjam). Selon l’ethnographe éthiopien Donald Levine, «les shewans de langue amharique se considèrent plus proches des shewans non-amhariques que des locuteurs de l’amharique de régions éloignées comme le Gondar.» [6] Les locuteurs de l’amharique ont tendance à être un «groupe supra-ethnique». composé d’un «stock fondu». [7] L’Éthiopianisme et l’Amhara sont inextricablement liés, ce qui est l’une des raisons de leur persécution sans fin! Les éléments anti-éthiopiens ont de l’aversion pour le zèle des Amhara [8] pour l’Éthiopie.

Le système fédéral est responsable des souffrances et de la persécution des Amhara parce que les Amharas de divers États régionaux sont désormais considérés comme des colons dans leur propre pays. «Le gouvernement éthiopien a failli à son devoir de protéger la sécurité de ses citoyens», a déclaré à l’Associated Press Dessalegn Chanie, un haut responsable du mouvement national d’opposition du parti Amhara, ajoutant que le système fédéral éthiopien basé sur la langue était le principal cause des meurtres: «Les Amharas ethniques résidant en dehors [de] la région d’Amhara sont étiquetées comme des étrangers et sont exposées à des attaques répétées». Shiferaw (2020 [9]), dans un article récent intitulé Uglier face à la discrimination contre le peuple Amhara en Éthiopie, a écrit que la discrimination est devenue une culture en Éthiopie. Et le gouvernement semble plutôt trop occupé à justifier et à socialiser les citoyens pour qu’ils se sentent à l’aise avec la discrimination sous différents aspects, plutôt que de corriger de manière appropriée les lacunes actuelles qui sont les sources et les catalyseurs de l’animosité répandue et des conflits récurrents en éruption. Le problème se manifeste le plus vivement dans les domaines du lieu de travail, de l’emploi et de la nomination des postes du personnel ainsi que de la promotion.

Malheureusement, il n’existe pas de dirigeants politiques ou d’organisations fortes qui protègent les droits de l’homme de ce groupe ethnique [10]. Les droits civils, politiques, économiques, culturels et sociaux des Amhara sont violés par divers moyens. Bien que tous les droits consacrés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme et dans les pactes internationaux juridiquement contraignants des droits de l’homme soient considérés comme essentiels, il existe certains types de violations que nous avons tendance à considérer comme plus graves. Les droits civils, qui comprennent le droit à la vie, à la sécurité et à l’égalité devant la loi, sont considérés par beaucoup comme des droits de «première génération». Les droits politiques, qui comprennent le droit à un procès équitable et le droit de vote, relèvent également de cette catégorie. Les Amhara vivant dans les États régionaux de Benishangul Gumuz et Oromia se voient refuser tous ces droits et libertés. Les meurtres de masse à caractère ethnique ou les causes profondes du génocide dans certaines parties de l’Éthiopie actuelle sont le manifeste délibérément conscrit et éclos du TPLF qui a entraîné des attaques ethniques secrètes, un dysfonctionnement systémique et des atrocités communautaires. En 1994, ces problèmes ont été délibérément souscrits et étiquetés par le TPLF et ses cohortes comme la soi-disant «Constitution éthiopienne».
Le bureau de l’ONU pour la prévention du génocide a condamné les attaques ciblées contre des civils en raison de leur appartenance ethnique ou de leur religion, y compris les discours de haine et l’incitation à la violence, en Éthiopie. Il a averti que la violence ethnique «a atteint un niveau alarmant au cours des deux dernières années», et la nouvelle rhétorique trace une «trajectoire dangereuse qui augmente le risque de génocide, de crimes de guerre, de nettoyage ethnique et de crimes contre l’humanité.» 10.
Pourquoi, au cours du siècle dernier, les bonnes personnes ont-elles ignoré à plusieurs reprises les meurtres de masse et les génocides?

Dans un article extrêmement perspicace intitulé «Si je regarde la masse, je n’agirai jamais»: engourdissement psychique et génocide [11], Slovic (2007) a écrit que la plupart des gens se soucient et déploieront de grands efforts pour sauver des victimes individuelles dont le sort dans le besoin survient. à leur attention. Ces mêmes bonnes personnes, cependant, deviennent souvent insensibles au sort des individus qui sont «l’un parmi tant d’autres» dans un problème bien plus grave. Bien sûr, chaque épisode de meurtre de masse est unique et soulève des obstacles uniques à l’intervention. Mais la répétitivité de telles atrocités, ignorées par les peuples et les nations puissants, et par le grand public, comme nous l’avons vu dans le cas du sort d’Amhara, appelle des explications qui peuvent refléter une carence fondamentale de notre humanité – une carence qui, une fois identifiée, pourrait éventuellement être surmonté.
Un mécanisme fondamental qui peut jouer un rôle dans de nombreux, sinon tous, des épisodes de négligence de meurtre de masse implique la capacité de ressentir de l’affect, les sentiments positifs et négatifs qui se combinent avec une analyse raisonnée pour guider nos jugements, nos décisions et nos actions. Paul Solvic [12] s’inspire de la recherche psychologique pour montrer comment les statistiques des meurtres de masse ou du génocide, quel que soit leur nombre, ne parviennent pas à transmettre le vrai sens de telles atrocités. Les nombres de décès rapportés représentent des statistiques sèches, «des êtres humains aux larmes séchées», qui ne suscitent ni émotion ni sentiment et ne parviennent donc pas à motiver l’action. Le cas du génocide d’Amhara est un cas! Reconnaissant que nous ne pouvons pas nous fier uniquement à nos sentiments moraux pour motiver une action appropriée contre le génocide, Solvic soutient que nous devons nous tourner vers l’argument moral et le droit international [13]. La Convention sur le génocide de 1948 était censée répondre à ce besoin, mais elle n’a pas été efficace. Il est temps d’examiner cet échec à la lumière des déficiences psychologiques [14] et de concevoir des mécanismes juridiques et institutionnels qui appliqueront une réponse appropriée au génocide et à d’autres formes de meurtre de masse.

Dans ce court article, je réfléchis aux discours caractérisés par le jeu de la victime dans la politique ethnique éthiopienne. Les nationalistes oromo et tigréens ont activement adopté la politique dangereuse de jouer la victime au détriment de la vie des Amhara. Dans cette pièce de victimisation, les Amhara sont triplement victimisés. 1) Les Amhara sont ceux qui sont les premières victimes, les cibles des crimes atroces (victimisation de premier rang); 2) Les ethno-nationalistes affirment qu’ils sont, plutôt que les Amhara, les victimes (ጩኸቴን ቀሙኝ) (victimisation de second rang); et 3) la communauté internationale est mal informée et manipulée par les ethno-nationalistes, dont la majorité sont des soi-disant «diasporas éduquées». Les Amhara sont de plus en plus devenus «le peuple oublié» dont le sang est mince? Les médias et l’opinion publique du monde entier sont indifférents à la crise humanitaire et au génocide auxquels sont confrontés la population amhara persécutée par les groupes armés ethno-nationalistes, y compris certaines sections et unités de l’appareil de sécurité dans les régions où résident les Amhara. Il s’agit du troisième niveau de victimisation: les statistiques de meurtre de masse ou de génocide, quel que soit leur nombre, y compris les fosses communes [15] (région de Benishangul Gumuz), ne parviennent pas à transmettre le vrai sens de ces atrocités, engourdissant psychique communauté internationale et le gouvernement éthiopien.

Actes violents et construction d’une identité fondée sur les griefs
Pendant plus de 30 ans, l’EPRDF / TPLF a ciblé les Amara comme leurs principaux ennemis, ils ont répandu l’animosité et la haine contre le groupe, les accusant à tort d’être des envahisseurs, des Neftegna, des colons, des dirigeants, etc. Le génocide rwandais a commencé avec des étiquettes, une classification similaires et polarisation. Encore une fois, en Éthiopie sous la domination du TPLF et du gouvernement actuel, un génocide caché a été et est commis contre des civils innocents parce qu’ils sont Amhara. [16] L’intention ici n’est pas de détailler les atrocités commises contre la population Amhara et autres groupes minoritaires.
La déshumanisation et la violence sont indicibles et détournent de plus l’attention des actes de violence en affirmant que l’abus était justifié par le comportement du groupe (généralement la victime). Ce que les ethno-nationalistes ont fait, c’est se préparer à un pouvoir et un contrôle abusifs en sollicitant la sympathie de la communauté internationale afin d’obtenir leur aide pour soutenir ou permettre l’abus de l’Amhara (connu sous le nom d’abus par procuration). agresseurs à s’engager dans le jeu de la victime [17]. Cela sert deux objectifs [18]:
Rationalisation et justification à eux-mêmes, connue sous le nom de validation existentielle dans l’analyse transactionnelle, une façon de gérer la dissonance cognitive qui résulte des incohérences entre la façon dont ils traitent les autres et ce qu’ils pensent d’eux-mêmes en tant que groupes.
La justification à d’autres, à des tiers ou à des observateurs extérieurs, en tant que stratégie visant à éluder ou à détourner un jugement sévère ou une condamnation dont ils craignent qu’elle ne survienne inévitablement ou pourrait être provoquée en raison de leurs abus.

La recherche étaye la conclusion que si se présenter soi-même ou son propre groupe comme une victime peut être très efficace pour atteindre des objectifs à court terme, il s’agit néanmoins d’une méthode qui a tendance à moins réussir avec le temps.
Le chaos créé après la mort du chanteur populaire Hachalu Hundessa en juin 2020 mérite d’être mentionné. Des centaines de personnes ont été tuées au cours de l’attaque contre la plupart des non-Oromo dans la région d’Oromo. Des milliers de personnes ont été blessées et la plupart des victimes sont des membres des groupes ethniques Amhara, Gurage, etc. Les rapports [19] compilés par les organisations de défense des droits humains détaillent les meurtres horribles, [20] les pillages et autres violences visant les non-Oromo. Selon les rapports, des groupes armés de ce qu’on appelle Queeroo [21] ont mené ces attaques organisées contre des membres d’autres groupes ethniques. Les attaques étaient motivées par une envie malavisée de se débarrasser complètement des non-Oromo de toute la région. Des écoles, des hôpitaux, des centres commerciaux, des lieux de culte et des installations publiques ont été attaqués et détruits, et des maisons et des villages incendiés. Un informateur a décrit le mouvement Queerroo comme étant principalement dirigé par l’idéologie de l’OLF, et «la politique de l’OLF est une politique nazie d’opération sous fausse bannière». Eskinder Nega, journaliste et activiste, a précédemment comparé les groupements organisés de jeunes Oromo à la milice de jeunes Interahamwe qui a participé au génocide rwandais. La chose la plus triste dans cet épisode est le déni ou la dépréciation des dommages par certains politiciens. Le refus ne se limite pas à l’Éthiopie. Les nationalistes oromo radicaux de la diaspora nient agressivement le génocide et certains d’entre eux affirment à l’inverse que ce sont les Oromo qui sont victimes du génocide par l’usage excessif de la force par le gouvernement. Le déni du massacre est «sans fondement, ignorant et haineux». Il ne fait aucun doute que tout déni ou minimisation de ce crime terrible est intolérable et totalement inacceptable. Une connaissance, un professeur d’université avec une formation oromo, après avoir lu mon article D’une lutte pour la démocratie à une foule ethno-fasciste: comment un véritable mouvement de la jeunesse Oromo (Queerroo) est détourné, radicalisé et déraillé de son cours a écrit un e-mail à moi de manière ad hominem:

Cher Prof Girma,
Un organe m’a envoyé le fichier ci-joint et j’ai une question pour vous. En tant que scientifique, est-il possible d’écrire un article basé sur des informations fabriquées [?]. On attend d’un scientifique qu’il fasse [une] enquête approfondie avant d’écrire quoi que ce soit. Selon [selon] le gouvernement éthiopien, sur les 167 tués juste après l’assassinat d’Hacalu, 114 Oromos, 46 Amharas et 7 autres nationalités, https://twitter.com/i/status/1281754967364079617. À Ambo, à la date des funérailles, 27 tués et tous sont des Oromo [s] et tous ont été tués par [les] militaires. En tant qu’intellectuel et scientifique, je pense que nous devons ressentir [une] grande responsabilité. [Les] Oromo et Amhara ont vécu ensemble avant même la création de ce pays et je crois fermement que nous ne devrions pas gâcher et endommager cette relation éternelle et forte. Je pense que vous vous souvenez de ce dont nous avons discuté sur notre forum (COVID 19), à savoir que nous devrions travailler dur pour rassembler les communautés fragmentées. [22]
Avec mes meilleures salutations,
XXXXX
2020-07-25 22h20

 

Trop d’actes diaboliques et déraisonnables ont été commis contre des individus et la nation éthiopienne dont les conséquences peuvent durer plusieurs décennies. Il y a six semaines, plus d’un millier de civils non armés ont été massacrés par les forces du TPLF (un groupe de jeunes) dans la région de Maikadra, à seulement 30 kilomètres de la ville d’Humera, sur laquelle le TPLF a accordé une importance stratégique importante en raison de l’accès au port du Soudan et du Soudan. [23] Apparemment, l’attaque était basée sur l’appartenance ethnique [24] et elle visait spécifiquement les hommes. Les attaquants ont profilé des personnes, souvent principalement grâce à leurs cartes d’identité, comme Amhara et Wolkait. Certains groupes tigréens affirment être les victimes de cet incident [25]. Un mensonge flagrant! Victime de deuxième niveau à laquelle les Amharas sont soumis (ጩኸቴን ቀሙኝ). L’attrait dangereux de la politique des victimes a été documenté. Il sévit en Éthiopie.

Dans sa critique du livre Conspiracy to Murder: The Rwandan Genocide (Melvern, 2004), Dubinsky (2005, p.113) [26] tire une leçon inquiétante de ce qui s’est passé au Rwanda: son occurrence (par exemple, deux jours après le carnage rwandais, l’US Defense Intelligence Agency possédait des photos satellites montrant des sites de massacre tentaculaires), et malgré la relative facilité avec laquelle il aurait pu être atténué (le commandant de l’ONU au Rwanda a senti un modeste renfort de 5500 , s’ils étaient arrivés rapidement, auraient pu sauver des dizaines de milliers de vies) – malgré tout cela, le monde a ignoré le génocide. Et il fait la même chose qui ignore le génocide en Éthiopie. Le troisième niveau de victimisation! Les analystes internationaux, dans leurs évaluations de la crise actuelle, ont échoué de manière ostentatoire et à plusieurs reprises à ne même soulever aucune inquiétude au sujet de tout aspect des crimes atroces, des massacres et du déplacement, en particulier, du groupe ethnique Amhara. Avertissements ignorés encore et encore: nous ne prenons pas les alarmes au sérieux. Cependant, Genocide Watch met à jour son alerte d’urgence sur le génocide en Éthiopie. L’organisation considère désormais que l’Éthiopie en est à l’étape 9: Extermination (novembre 2020) [27].
Conclusion et voie à suivre

Pour résumer, avant tout, en tant qu’impératif moral, le Gouvernement éthiopien et la communauté internationale doivent une fois pour toutes dénoncer la négation du génocide et la manipulation ainsi que le jeu des victimes, selon les termes du Pape Benoît XVI, comme «intolérables et totalement inacceptables». « Si la communauté internationale a tiré des leçons de ses péchés passés, elle doit faire le bilan de la gravité des récents actes perpétrés contre les chrétiens et les amharas en Éthiopie, et doit faire tout son possible pour demander des comptes aux responsables et empêcher une nouvelle escalade » [ 28]. Stanely Cohen (2013) [29] a déclaré que trois formes de déni sont possibles par rapport à ce qui est nié: littéral, interprétatif et implicatif. Toutes ces formes de déni se manifestent sous différentes formes et déclarations de la part des représentants du gouvernement et de certains groupes ethno-nationalistes en Éthiopie. Le déni littéral implique que la connaissance ou les faits bruts sont manifestement niés: «rien ne s’est passé», «il n’y a pas eu de massacre ou de génocide». Nous l’avons vu par les ethno-nationalistes oromo et les adhérents du TPLF, en particulier par ceux résidant à l’étranger et incitant, fomentant et provoquant des massacres et des destructions de propriétés. Avec le déni interprétatif, les faits bruts ne sont pas niés mais se voient attribuer une signification différente: «il s’agissait d’un conflit intercommunautaire ou d’une violence spontanée non planifiée à la suite du meurtre du chanteur populaire» ou de «dommages collatéraux» (et non d’un massacre). Le déni implicatoire fait référence au déni ou à la minimisation de sa signification ou de ses implications. Cela, en appelant la tragédie telle qu’elle est par son nom propre, sauve la nation. Travailler pour poursuivre les auteurs du génocide, se souvenir de ses victimes et aller de l’avant est une entreprise énorme, mais c’est la bonne, afin de parvenir à la réconciliation, à la justice, à la responsabilité et à la paix dans ce pays ancien, fier des Noirs et des Marrons. !.

Un processus de paix significatif et durable implique une vision impartiale et impartiale du passé, du présent et de l’avenir. Le passé doit être traité avant de pouvoir profiter pleinement du présent et de (re) construire en vue d’un avenir plus pacifique. Lorsque la souffrance d’une personne s’intensifie sous l’influence de «vieux et nouveaux facteurs de stress», on se retrouve avec de précieuses ressources minimes pour faire face à ses propres batailles quotidiennes et encore moins pour (re) construire ou transformer son environnement et sa société. Le déni [y compris le jeu de la victime, la «  fausse identité fondée sur le grief  », le culte de la victimisation (ጩኸቴን ቀሙኝ)] empêche les survivants de passer à autre chose alors qu’ils sont renvoyés à plusieurs reprises dans le passé où ils revivent et tentent de régler ce qui s’est passé , pourquoi, comment et ensuite quoi [30].
Les Amharas, la deuxième plus grande population d’Éthiopie, exhortent la communauté internationale à exiger que le gouvernement éthiopien prenne les mesures suivantes:
Pour atteindre immédiatement les survivants et les protéger des criminels qui reviennent encore et encore pour des opérations de nettoyage, comme on le voit à Benshiangul Gumuz cette semaine.
Pour trouver des moyens de soutenir les victimes afin qu’elles puissent reprendre leurs vies brisées et apporter une aide aux orphelins et aux veuves.
Mettre en place une enquête transparente et indépendante composée d’enquêteurs locaux et internationaux et vérifier si des représentants du gouvernement ont été impliqués dans ces actes de génocide.
Lutter contre le discours de haine et les crimes de haine contre le peuple Amhara et le protéger du nettoyage ethnique et d’un éventuel génocide à grande échelle.
Pour aider à mettre fin à la politique des victimes et à la fausse identité fondée sur les griefs

Appendices: 1 & 2

[1] https://www.aljazeera.com/news/2020/12/25/death-toll-from-attack-in-western-ethiopia-reaches-222-red-cross?utm_campaign=trueAnthem%3A+Trending+Content&utm_medium=trueAnthem&utm_source=facebook

[2] https://www.bbc.com/news/world-africa-55428322

[3] https://www.bbc.com/news/world-africa-55428322

[4] Le TPLF était, jusqu’à il y a deux ans, le parti principal et le plus puissant au sein du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), la soi-disant coalition politique au pouvoir qui se compose de quatre partis politiques. Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien soutenu par le TPLF a pris le pouvoir après l’effondrement du Derg en 1991.

[5] Le Front de libération du peuple tigréen, qui était l’un des partis constitutifs du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien au pouvoir, a toujours considéré les Amharas de souche comme un ennemi. Il a utilisé leur domination historique perçue comme base pour former une coalition de minorités pour s’opposer à leurs efforts pour une Éthiopie unie.

[6] Donald N. Levine “Amhara,” in von Uhlig, Siegbert, ed., Encyclopaedia Aethiopica:A-C, 2003, p.231.

[7] Takkele Taddese “Do the Amhara Exist as a Distinct Ethnic Group?” in Marcus, Harold G., ed., Papers of the 12th International Conference of Ethiopian Studies, 1994, pp.168–186. Takkele Taddese (1994) a en outre écrit que l’on peut donc dire que l’Amhara existe dans le sens d’être un stock fusionné, un éthiopien de souche supra-ethniquement conscient servant de pot dans lequel tous les autres groupes ethniques sont censés fondre. La langue, l’amharique, sert de centre de ce processus de fusion bien qu’il soit difficile de concevoir une langue sans l’existence d’un groupe ethnique distinct correspondant la parlant comme langue maternelle. L’Amhara n’existe pas, cependant, dans le sens d’être un groupe ethnique distinct promouvant ses propres intérêts et faisant progresser la philosophie et l’idéologie Herrenvolk comme l’ont présenté les politiciens d’élite. Le principe de base de ceux qui affirment l’existence des Amhara en tant que groupe ethnique distinct est donc que les Amhara doivent être délogés de la position de suprématie et que chaque groupe ethnique doit être libéré de la domination amhara pour avoir un statut égal avec tout le monde. Ce sens de l’existence d’Amhara peut être considéré comme un mythe. Cette déclaration peut cependant être controversée.

[8] Comme de nombreux observateurs en ont témoigné, le peuple Amhara est un symbole de patriotisme, de bravoure et fait partie de l’identité et de l’âme nationales éthiopiennes. La continuité et la prospérité de l’Éthiopie sont également dans l’intérêt durable du peuple amhara (Moges, 2020).

[9] http://www.branapress.com/2020/03/04/uglier-faces-of-discrimination-against-the-amhara-people-in-ethiopia/

[10] Alors que le nationalisme amhara a eu un impact sur la conscience politique de la jeunesse et des intérêts communs articulés, il est toujours caractérisé par un manque de clarté idéologique et un rempart institutionnel fiable, une base sociale cohérente ou même, comme l’a souligné le politicien de l’opposition Yilikal Getinet. dehors, un centre de gravité. (Moges 2020).

[11] Paul Slovic Judgment and Decision Making, Vol. 2, No. 2, April 2007, pp. 79–95

[12] በኢትዮጵያ ክልሎች ውስጥ በብሔር ላይ ያተኮሩ የጅምላ ግድያዎች ወይም የዘር ማጥፋት መሰረታዊ መነሻ ምክንያቶች ሆን ብለው በሕወሃት የተመረጡ እና በሕወሃት የተፈለፈሉ ስውር የጎሳ ጥቃቶችን ፣ የሥርዓት መበላሸትን እና የሕብረተሰቡን ግፍ ያስከተሉ ማኒፌስቶ ናቸው ፡፡ እ.አ.አ. በ 1994 እነዚህ ችግሮች ሆን ተብለው በህወሀት እና ግብረአበሮቻቸው “የኢትዮጵያ ህገ-መንግስት” ተብሎ በሚጠራ መልኩ በደንበኝነት ተመዝግበው ተሰየሙ ፡፡ ይህንን የተሳሳተ እናየተፀነሰ ህገ-መንግስት ለማስወገድ እንታገል! (Personal communication, Dr Tadesse Zerihun 2021.12.27). Let us fight to remove this ill-conceived constitution!

[13] https://ethiopoint.com/the-banality-of-evil-how-tplf-has-evolved-into-a-nefarious-and-villainous-death-machine/

[14] Je reviendrai sur ces déficiences psychologiques ultérieurement.

[15] Voir les annexes

[16] Le génocide d’Amhara ignoré par le monde Une étude sur le génocide et le nettoyage ethnique du groupe ethnique Amhara de 1991 à 2015. Moresh Wogene Amhara Organization Research and Study Department Washington DC Coordonnées: Tél: 202 6770094; 9085100337 2016

[17] Simon, George K (1996). In Sheep’s Clothing: Understanding and Dealing with Manipulative People. ISBN 978-0-9651696-0-8.

[18] Dangerous victims: on some political dangers of vicarious claims to victimhood
Williams, G. 2008 In: Distinktion – Scandinavian Journal of Social Theory. 9, 2, p. 77-95. 19 p.
Journal articleDangerous victims: on some political dangers of vicarious claims to victimhood
Williams, G. 2008 In: Distinktion – Scandinavian Journal of Social Theory. 9, 2, p. 77-95. 19 p.
Article de revue Victimes dangereuses: sur certains dangers politiques des revendications par procuration à la victimisation. Williams, G. 2008 Dans: Distinktion – Journal scandinave de théorie sociale. 9, 2, p. 77-95. 19 p. Article de revue

[19]https://mg.co.za/africa/2020-07-14-my-son-died-the-worst-kind-of-death-horrific-details-of-violent-unrest-in-ethiopia/ ; https://www.aljazeera.com/news/2020/07/160-killed-ethiopia-protests-singer-murder-200705063929720.html; https://www.dw.com/en/ethiopia-death-toll-doubles-from-unrest-over-singers-murder/a-54059817; https://www.washingtonpost.com/world/africa/ethiopias-week-of-unrest-sees-239-dead-3500-arrested/2020/07/08/8eb30952-c100-11ea-8908-68a2b9eae9e0_story.html;https://www.france24.com/en/20200716-we-have-nothing-ethiopia-s-ethnic-unrest-leaves-destruction-in-its-wake.

[20] https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=3180459308711453&id=123960474361367 (FBC (Fana Broadcasting Corporate S.C.) በጋራ ማንነት ላይ የተቃጣው ጥቃት

[21] Le Qeerroo (également Qeeyroo ou Qero) est un mouvement de jeunes Oromos en Ethiopie pour un changement politique.

[22] J’ai fait de petites corrections grammaticales pour rendre la lettre lisible.

[23] Un groupe de jeunes tigréens a poignardé, étranglé et matraqué à mort au moins 600 civils avec la complicité des forces de sécurité locales lors d’un massacre dans la ville de Mai Kadra, a annoncé mardi la Commission éthiopienne des droits de l’homme. https://in.reuters.com/article/ethiopia-conflict-massacre-idINKBN2841X1

[24] Le TPLF a assassiné plus de 1 500 personnes innocentes à Mai Kadra parce qu’elles n’étaient pas tigréennes. Le TPLF a pré-identifié et assassiné des membres non tigréens du commandement nord de l’Éthiopie à Mekele. Il a également parrainé d’autres meurtres en Éthiopie. Le TPLF a perpétré des attaques à la roquette.(https://www.satenaw.com/time-for-ethiopias-friends-to-designate-the-tigray-peoples-liberation-front-as-terrorists/) Dr. Aklog Birara: Time for Ethiopia’s Friends to Designate the Tigray People’s Liberation Front as Terrorists (December 2, 2020).

[25] https://ethiopoint.com/the-banality-of-evil-how-tplf-has-evolved-into-a-nefarious-and-villainous-death-machine/

[26] Dubinsky, Z. (2005). The lessons of genocide [Critique du livre Conspiracy to Assassiner: The Rwandan genocide].Essex Human Rights Review, 2(1), 112–117.

[27] https://www.genocidewatch.com/single-post/update-genocide-emergency-alert-on-ethiopia-november-2020

[28] Comité Exécutif, SAGE. 7 août 2020. (Communication personnelle, 2020).

[29] Cohen, Stanley. States of Denial. Cambridge: Polity Press, 2013.

[30] Parent, Genevieve  (2016)  “Genocide  Denial: Perpetuating Victimization and the Cycle of Violence in

Bosnia and Herzegovina (BiH),” Genocide Studies and Prevention: An International Journal: Vol. 10: Iss. 2:38-58

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.