Le «déclin» de l’intelligence collective parmi les élites politiques éthiopiennes: une perspective historique

«Le ciel et la terre sont un royaume si immense qu’il ne peut être saisi que par l’intelligence collective de tous les êtres intelligents.» —– La légende de Faust et le «Faust» H. B. Cotterill de Goethe
introduction
Dans cet article, j’essaierai d’analyser certains aspects de la tendance à la baisse problématique de l’intelligence collective parmi les dirigeants politiques et les élites éthiopiennes. L’analyse couvre la période historique allant du règne de Menelik II [1] (l’empereur d’Éthiopie de 1889 à 1913), jusqu’au poste de premier ministre du Dr Abiy Ahmed Ali (dirigeant de l’Éthiopie depuis 2018). En d’autres termes, l’étude couvrira l’ère de l’empereur Menelik II, l’ère de l’empereur Haile Selassie (1930 à 1974), le régime militaire (Derg [2]) de l’Éthiopie socialiste (1974–91), le régime de l’EPRDF (TPLF) ( 1991-2018) et le régime actuel de Biltsigina (ብልጽግና) (2018-2021).
Essentiellement, l’étude est un projet en cours qui comprend l’analyse des détails des mesures politiques, des connaissances diplomatiques, de la science politique, de la responsabilité et de la gouvernance, etc. Alors que pratiquement tous les détails de la prise de décision gouvernementale, de la responsabilité politique, de la responsabilité bureaucratique, de la responsabilité des citoyens, de la responsabilité juridique, de la responsabilité professionnelle sont d’un intérêt significatif dans cette analyse [3], je n’ai pas l’intention de les couvrir de manière exhaustive ici. Pour l’instant, je présente mes premiers résultats et réflexions. J’essaie également d’offrir une clarté conceptuelle sur ces termes fondamentaux que j’utilise.

Dans tous ces paramètres que j’ai décrits ci-dessus, j’ai observé un déclin de l’intelligence collective parmi les élites politiques éthiopiennes. Mon point de départ est que lors de l’identification des personnes qui conduiront le succès et l’importance à long terme, en particulier dans la direction d’une nation comme l’Éthiopie, les éléments préalables sur lesquels se concentrer sont: un esprit fort (QI élevé); forte capacité à influencer les gens sur le plan émotionnel (QE élevé); et fort caractère positif (CQ élevé).
Je ne veux pas me plonger dans les éléments psychométriques de la tradition du QI. Cependant, un fil conducteur que j’ai observé au cours d’une trentaine d’années et plus d’analyses minutieuses de la personnalité parmi des individus et des groupes de premier plan dans l’activisme ethnique, et des politiciens de nationalisme étroit, est qu’ils ne semblent apprendre ni de l’expérience historique ni des expériences actuelles. . Non seulement ils n’anticipent pas les conséquences de leurs actions, mais ils ne comprennent pas non plus les complexités qui impliquent la construction d’un État-nation et les conséquences de la discorde et de l’animosité entre les groupes ethniques pacifiquement existants.
Pourquoi des personnes moins intelligentes pourraient-elles être attirées par des idéologies qui divisent et conservatrices? Parce que de telles idéologies présentent «une structure et un ordre» qui facilitent la compréhension d’un monde compliqué. Les ethnistes, les nationalistes étroits et les racistes sont-ils stupides? La recherche actuelle suggère que la réponse aux deux questions peut être un oui nuancé [4]

Les termes «intelligent» et «comportement intelligent» sont difficiles à trouver dans le vocabulaire amharique. En amharique, cela simplifie les choses de se demander ce que sont les comportements intelligents (አስተዋይ ባሕርይ), plutôt que ce qu’est l’intelligence (ብልህነት) ou qui est intelligent, car il n’y a pas de terme unique en amharique représentant le terme générique «intelligence». Ce qui est reconnu dans le monde occidental comme une entité d’intelligence est interprété dans la langue amharique comme distinct. Par exemple, l’abstraction, la vitesse, les capacités de résolution de problèmes indépendantes, les capacités de mémoire, le raisonnement et l’agilité mentale peuvent être cooptés dans le terme «générique» d’intelligence en anglais. En effet, dans de nombreuses langues et cultures non occidentales, en particulier l’amharique, ces termes ne peuvent pas être regroupés en un seul terme. Ce n’est pas seulement que ces termes sont distincts à leur manière, mais ils peuvent aussi entrer en conflit les uns avec les autres. Mes données empiriques [5] générées en Israël parmi les Juifs éthiopiens montrent que la plupart des familles ont des difficultés à interpréter les compétences indépendantes de résolution de problèmes comme un «comportement intelligent». Ce qui semble être pour eux un comportement intelligent ou une «approche intelligente» (Bilhategna / ብልሀተኛ) est la résolution de problèmes coopérative. Utiliser le soutien d’un compagnon et consulter les autres sont considérés comme le répertoire d’un homme sage. Ceci, je l’ai également confirmé dans mes données d’observation. Les enfants font souvent leurs devoirs ensemble et les parents utilisent généralement le terme «Andlay Atinu / አንድላይ አጥኑ» (lu ensemble) pour encourager leurs enfants à travailler ou à étudier ensemble, malgré les différences de notes et les variations de tâches.

Je partage en partie la conception de l’intelligence de Gottfredson (1998) [6]. L’intelligence est une capacité mentale très générale qui, entre autres, implique la capacité de raisonner, de planifier, de résoudre des problèmes, de penser de manière abstraite, de comprendre des idées complexes, d’apprendre rapidement et d’apprendre de l’expérience. Il ne s’agit pas simplement d’apprentissage de livres, d’une compétence académique restreinte ou de compétences en matière de tests. Il reflète plutôt une capacité plus large et plus profonde de comprendre notre environnement – et donc de comprendre, de donner un sens aux choses ou de déterminer ce qu’il faut faire (p.13). Au niveau collectif [7], il se réfère à la capacité de réflexion collaborative et imaginative; cela implique une dimension sociale concernant la capacité des groupes [dans ce cas, les élites politiques de l’Éthiopie] à réaliser une unité de but, d’action et de pensée. Les équipes à haut niveau d’intelligence collective (CQ) atteignent un état d’interdépendance et de fluidité lorsqu’elles travaillent ensemble [8].
L’Éthiopie connaît actuellement et de plus en plus un cocktail d’arrogance, d’ignorance et d’incompétence parmi ses soi-disant élites politiques. Je parle de recyclage de fonctionnaires médiocres, incompétents, sans intérêt et, très probablement, criminels du gouvernement ou de la fonction publique, ayant des intérêts ethniques. Les années d’incompétence du leadership, de gouvernement faible, inefficace, totalitaire et corrompu, comme on l’a vu au cours des 30 dernières années, doivent céder la place à un gouvernement fort, efficace, sans corruption et axé sur des solutions avec un accent sur l’identité collective plutôt que sur l’identité exagérée. politique », en particulier lorsque cette identité est basée sur la politique linguistique. La force de chaque société dépend en grande partie de son leadership.

Afin de m’aider à capturer l’épisode, j’ai utilisé la méthode d’écriture réflexive. L’écriture réfléchie est utilisée dans un cadre académique pour examiner les réponses à une nouvelle expérience ou à une nouvelle écriture. L’écriture réfléchie peut également être analytique lorsqu’elle est appliquée à la pensée critique ou au traitement utilisé dans la recherche. La réflexion est «un retour sur soi» où le chercheur est à la fois observé et observateur actif (Steier, 1995, p. 163), [9] en l’occurrence le phénomène d’Intelligence Collective selon une dimension temporelle. Socrate (Platon, Apologie de Socrate, 38a) affirme qu’une vie sans pensée réflexive n’est pas une vie humaine pleine et, sur cette base, il conçoit l’éducation comme un processus visant à cultiver l’habitude de la réflexion afin d’être capable de une interrogation en profondeur dans les réseaux de pensées où la vie est immergée.
Intelligence collective pendant quatre grandes périodes politiques en Éthiopie
L’intelligence collective est une intelligence partagée ou de groupe qui émerge de la collaboration et de la compétition de nombreux individus. On peut se demander, comment mesurer cette intelligence collective? «Apprentissage de groupe» se traduit-il par «intelligence de groupe»? Pouvons-nous utiliser les tests psychométriques existants (par exemple les tests de QI) pour mesurer et prédire les différences cognitives dans des groupes de dirigeants ou de dirigeants? Qu’est-ce qui rend un groupe de dirigeants ou d’élites politiques plus intelligent qu’un autre? Les groupes composés de membres hautement intelligents font-ils preuve d’une «intelligence collective» supérieure et surclassent-ils les groupes composés de membres d’intelligence faible ou modérée? Le cercle des dirigeants de l’empereur Menelik était-il plus intelligent que les groupes de dirigeants se ralliant derrière les dirigeants actuels de l’Éthiopie? Quels sont les outils ou méthodes fiables disponibles pour parvenir à cette audacieuse conclusion?

Je m’abstiens de me plonger dans les différends. Je m’intéresse vaguement au concept d’intelligence collective par opposition à la stupidité collective dans certaines actions ou inactions motivées par le groupe. Les preuves d’un facteur d’intelligence collective dans la performance des groupes humains sont en train de s’accumuler [10]. Je dois encore examiner systématiquement comment cela fonctionne et comment il est mesuré pour des groupes de personnes en particulier, en relation avec les qualités de leadership. Je crois personnellement en une conscience collective accessible à tous et accessible quel que soit notre niveau «d’intelligence».
Notre intelligence collective peut être limitée à notre famille, notre tribu et notre groupe social, ou peut être élargie pour inclure une plus grande sagesse selon laquelle nous sommes tous connectés. Que certains groupes manquent de cette sagesse est, je crois, une stupidité collective. Dans la culture éthiopienne, les comportements des cercles de direction dépendent de l’intelligence du leader lui-même. Être gouverné par des rois et des reines censés être nommés par Dieu lui-même (ሥዩመ እግዚአብሔር) pendant des millénaires; la direction autocratique ne pouvait dépendre que de la bienveillance de la personnalité en charge. Les leaders intelligents sont entourés de gens intelligents, tandis que les leaders stupides sont normalement encerclés par une équipe stupide, pour leur enrichissement personnel, sans patriotisme. Mon observation est que les massacres ou pogroms commis contre des civils dans certaines régions d’Éthiopie, sur la base de l’appartenance ethnique et de la religion des victimes, sont une manifestation d’absurdité collective. Il semble que notre stupidité collective qui prévaut dans le cercle des dirigeants nous conduit au bord de la catastrophe en Éthiopie. Cela tient principalement au comportement d’ignorance, d’incompétence et de malveillance de l’élite politique. Lorsqu’il y a un manque d’intelligence collective solide ou d’esprit fort (QI élevé), une forte capacité à influencer les gens sur le plan émotionnel (QE élevé) et un caractère positif fort (CQ élevé) au niveau du leadership, les strates ouvrent de la : 1. Égoïsme; 2. Machiavélisme; 3. Désengagement moral; 4. Narcissisme; 5. Droit psychologique; 6. Psychopathie; 7. Sadisme; 8. Intérêt personnel; et 9. Méchanceté. L’Éthiopie a été témoin de ce genre de dirigeants politiques de niveau intermédiaire et supérieur au cours des 40 dernières années et plus. C’est une conclusion justifiée que les dirigeants ou leurs ardents partisans semblent avoir certains de ces traits de malveillance ou de The Dark factor.

Mon analyse montre que l’ignorance, les motifs sinistres, la faible intelligence morale, l’auto-agrandissement (complexe d’infériorité) et la stupidité consciencieuse sont les dénominateurs communs ou les attributs de tous ces groupes de dirigeants qui ont gouverné l’Éthiopie pendant la plupart des 40 dernières années et plus. Ma conclusion est basée sur les dimensions de la prise de décision gouvernementale, de la responsabilité politique, de la responsabilité bureaucratique, de la responsabilité citoyenne, de la responsabilité juridique et de la responsabilité professionnelle. Bien que l’Éthiopie fût une société traditionnelle, le cercle de direction de l’empereur Menelik surpasse de loin les régimes qui ont suivi dans ces mesures. Les infrastructures sociales et physiques étaient cependant peu développées.
L’intelligence collective parmi les élites politiques de l’empereur Haile Selassie était diversifiée, solide et expansive. L’éducation moderne a été élargie. Cependant, l’éducation moderne n’a pas réussi à s’aligner sur les besoins du pays. Il a été conçu pour une autre société. Le développement d’une société doit passer par certaines étapes économiques, sociales et politiques: par exemple du féodalisme au capitalisme et peut-être ensuite au socialisme ou au communisme. L’éducation éthiopienne a essayé de contourner ces étapes et a tenté d’introduire le socialisme du féodalisme en contournant le capitalisme. Il est allé directement à une répartition égale de la richesse sans créer la richesse elle-même. Le résultat de la transformation de l’ère du royaume en l’ère Dergue fut un désastre. En outre, l’éducation moderne a apporté avec elle des idées anormales pour la nation éthiopienne ou anathème, ou des choses maudites à la damnation ou à la destruction, telles que la remise en question des fondements mêmes de l’Éthiopie, des notions non religieuses basées sur des notions telles que le communisme, le socialisme, le marxisme, le léninisme, etc. En dépit de la tension dans les couches politiques, il y avait un certain niveau de responsabilité dans toutes les dimensions mentionnées ci-dessus. Certaines mesures politiques ont été prises mais elles manquaient de rigueur. Cependant, en ce qui concerne les connaissances diplomatiques, l’époque de Haile Selassie était sans précédent. L’ère de l’empereur Haile Selassie a contribué de manière significative à la décolonisation de l’Afrique. La formation de l’OUA et de la CEA est l’un des résultats de la direction diligente de Sa Majesté.

À l’époque des rois / reines, de nombreux étudiants apprenaient l’éducation chrétienne classique via Geez ou des institutions religieuses traditionnelles. Comme le slogan était «Les croyances sont personnelles et le pays est communautaire – ሀይማኖት የግል ፣ አገር የጋራ», les institutions islamiques ont joué leur rôle à leur manière. De nombreux chercheurs pensent que l’approche «orthodoxe» dans l’éducation peut «ancrer» les élèves dans le sens que «l’apprentissage classique enseigne« la pensée correctement ordonnée », de sorte qu’il y ait un lien avec« l’esprit correctement ordonné »qui est essentiel à la santé mentale» [11]. Il y a maintenant des recherches [12] qui démontrent la supériorité de l’éducation chrétienne classique par presque tous les standards – académiquement, socialement, spirituellement, psychologiquement – par rapport aux alternatives. Les diplômés de l’enseignement classique ont montré de solides résultats en se conformant à la théologie chrétienne orthodoxe et aux convictions morales. Ils obtiennent également le meilleur score en ce qu’ils sont prêts à agir lorsqu’ils constatent une injustice. L’époque des empereurs Menelik et Haile Selassie était relativement élevée dans les domaines de l’apprentissage classique (Dieu craignant l’apprentissage) et de l’équité, comme l’ont dit mes parents et mes grands-parents.
La vieille tradition dépend des qualités du leadership. L’adage est «Regardez votre angine et suivez votre chef» (ተመልከት አላማህን ተከተል አለቃህን). Par conséquent, le succès ou l’échec dépend des qualités du leadership. La bataille d’Adwa, dirigée par l’empereur Menelik, a marqué un tournant dans l’histoire du monde. Auparavant, les pays européens se considéraient généralement comme supérieurs à pratiquement tous les pays, y compris les empires alors établis de longue date, ailleurs dans le monde. Mais maintenant, à la bataille d’Adwa, une nation africaine s’est défendue avec succès contre une invasion militaire agressive par un pays européen. Les peuples colonisés d’Afrique, d’Asie et des Amériques ont sans aucun doute pris une note encourageante et encouragé la défaite de Menelik contre l’agresseur européen. En effet, les jours de la suprématie coloniale de l’Europe dans le monde étaient ainsi comptés.

Il est significatif que Menelik n’était pas seulement un stratège et un leader intelligent. Il était également généreux, craignant Dieu et avait une forte capacité à influencer les gens à un niveau émotionnel (QE élevé):
Compte tenu de nombre des bonnes choses qu’il a accomplies pour son peuple et son pays, l’Éthiopie, on peut dire que Menelik-II était un dirigeant au bon cœur. Bien qu’il y ait quelques individus qui ne sont pas d’accord avec cela, ce que l’histoire témoigne, c’est que l’empereur Menelik fait exceptionnellement partie du type d’individus de nature compatissante. La bataille d’Embabo est l’un des incidents que nous pouvons choisir pour montrer sa gentillesse. Sur ce champ de bataille, Menelik et le roi de Gojam, Tekle-Haimanot combattirent furieusement. Tekle-Haimanot a démontré les prouesses généralement attendues d’un guerrier éthiopien et malheureusement il a été blessé et capturé. Lors de sa capture, il n’a pas été menotté conformément à un ordre spécial donné par Menelik. Cela a été fait pour montrer du respect au roi capturé. Puis il a été emmené à Menelik. À son arrivée, Ménélik se leva de son trône, le serra dans ses bras et l’embrassa. «Mon frère, c’est la volonté de Dieu que nous nous soyons rencontrés vivants», a déclaré Menelik. Plus tard, Menelik a annoncé qu’il était celui qui devrait soigner le roi blessé, Tekle-Haimanot. Il a lavé et essuyé la plaie de Tekle-Haimanot… Immédiatement après, Menelik a ordonné la libération de tous les soldats capturés de Tekle-Haimanot. Pendant ce temps, tout en discutant, Menelik a demandé à Tekle-Haimanot ce qu’il aurait fait s’il était celui qui avait capturé Menelik. Tekle-Haimanot a répondu sans ambages qu’il aurait coupé sa chair en morceaux et donné aux vautours. Menelik a également montré du respect pour le roi Kawo Tona de Wolaita après que ce dernier ait été capturé lors d’une grande guerre entre les deux. On croyait que le roi Tona était l’un des plus grands guerriers et le dernier roi puissant de Wolaita. Après avoir été blessé et capturé, il a été emmené à Ménélik qui s’est levé et l’a serré dans ses bras en disant: «Mon frère, tu nous as forcé à tuer le peuple en vain». Après la guerre sanglante, Menelik a ordonné que tout le bétail pris par ses troupes soit rendu au peuple de Wolaita. Puis il a nommé Kawo Tona pour gouverner cette partie du pays. De même, Menelik a gracié plusieurs de ses hauts fonctionnaires qui l’avaient trahi et avaient rejoint le camp ennemi. C’est juste pour montrer à quel point Menelik était généreux. [13]

Il est évident que le stupide n’apprécie pas l’intelligent. Ce qui est le plus triste, c’est la diffamation continue du caractère et de la réputation de l’empereur Menelik, ainsi que la dépréciation de la victoire d’Adwa, par les cadres tigréens et les nationalistes extrémistes oromo. La victoire d’Adwa est la fierté des Noirs. En tant que seule nation africaine à avoir résisté avec succès à la conquête européenne pendant la ruée vers l’Afrique, l’Éthiopie est devenue un symbole prééminent du mouvement panafricain et de l’opposition internationale au colonialisme. La bataille d’Adwa a non seulement sauvé l’Éthiopie de la colonisation par Rome, mais a également élevé le statut d’un pays africain à un partenaire égal dans la communauté mondiale [14]. La victoire a été obtenue grâce aux efforts combinés des Oromos, des Tigréens, des Amharas et du reste de l’Éthiopie. Menelik a uni le pays par l’amour et l’attention et a intronisé le patriotisme dans les cœurs et les esprits de sa nation. C’est une fierté de tout le monde éthiopien. Pourquoi alors les tribalistes veulent-ils effacer cette glorieuse histoire? N’est-ce pas dû à un manque absolu d’intelligence morale et à un mépris total de la vérité?! «Les faits ne cessent pas d’exister parce qu’ils sont ignorés.» – Aldous Huxley, Essais complets 2, 1926-29.
Comparez la stratégie de Menelik aux styles de leadership et à la stupidité absolue de l’élite politique du TPLF [15], qui a reçu son coup de grâce le mois dernier. Comme Mountain (31 décembre 2020) l’a déclaré dans son récent article intitulé Les dernières heures du régime TPLF éthiopien: «  Avec leur armée détruite et leurs dernières, meilleures troupes anéanties en un matin à la périphérie de leur capitale Mekele, les derniers vestiges de les dirigeants du régime TPLF éthiopien ont été contraints de se retirer dans les bunkers souterrains secrets de Hagarasalam près de la capitale. Construits par le parrain du TPLF notoirement paranoïaque et lâche Meles Zenawi, les bunkers de Hagarasalam étaient le trou du désespoir, un endroit pour se cacher à travers une guerre épaisse et fine en toute sécurité [16]. Aucun ingénieur qui a aidé à construire ce système de bunker souterrain secret n’a survécu pour raconter l’histoire »[17].

Comme tout le monde le sait, le Commandement du Nord est stationné dans la région du Tigray depuis plus de deux décennies, pour servir et protéger le peuple de Tigray contre les menaces militaires extérieures. Aux premières heures du 4 novembre, les forces du TPLF ont mené une attaque non provoquée contre une base militaire fédérale située dans la ville de Mekelle. Selon le Premier ministre, cette attaque visait le pillage à grande échelle de matériel militaire et des meurtres aveugles des soldats et officiers stationnés dans le camp militaire. [18] C’est cette attaque de minuit contre ce camp militaire qui a plongé l’Éthiopie dans un conflit armé meurtrier que le gouvernement appelle l’action des forces de l’ordre. La direction autodidacte du TPLF, bien qu’elle ait été à l’échelon de direction de l’Éthiopie pendant 27 ans, a été aveuglée par l’auto-agrandissement, ne regardant que sa propre force, n’a pas réussi à reconnaître la force de la Force de défense éthiopienne. Il n’a fallu que 3 semaines aux forces de défense éthiopiennes pour démolir l’électricité que le TPLF avait construite pendant 46 ans. Le TPLF a mal calculé, avec son idée naïve de vaincre 112 millions de personnes avec seulement six millions, même si la nation entière était en guerre. C’est un bon exemple de bêtise collective incarnée ou incarnée par la direction du TPLF.
Dans le monde actuel de la communication de masse, les contenus horribles sont devenus à peu près aussi normalisés dans notre société que tout autre élément d’information. Cependant, certains crimes de guerre atroces sont si stupéfiants qu’ils défient tout simplement la compréhension même de l’individu le plus désensibilisé. L’attaque monstrueuse de la base militaire et les meurtres barbares qui y sont commis défient en fait toute compréhension. Le terrible témoignage de cette attaque spécifique par des membres tigréens de la base militaire, contre leurs propres compatriotes d’autres groupes ethniques, est pratiquement incompréhensible. Imaginez, des soldats ont été tués alors qu’ils étaient encore en pyjama! [19] Tout cela nous dit que ces élites politiques qui ont donné l’ordre ne sont pas seulement des créatures impitoyables de sang-froid mais aussi inintelligentes.

La période qui a suivi la révolution (1974) a déprécié l’importance des aspects spirituels de la vie sociale, a démantelé l’ancien mode de vie au nom de la «révolution culturelle» et a créé une génération sans âme. Selon le révérend Michael P. Orsi (9 septembre 2020) [20], la vérité est la suivante: partout où le socialisme a été essayé, il s’est invariablement transformé en communisme. Et parce que le communisme est athée, le résultat final a toujours été la tyrannie, la souffrance et la mort. Quelque 100 millions de personnes ont été tuées au cours de la marche du communisme à travers la Russie, l’Europe de l’Est, la Chine, le Venezuela, le Nicaragua et d’autres régions du monde. Pourquoi un tel bilan sanguin? Parce que le communisme ne reconnaît pas de principe moral plus élevé que le pouvoir brut. Sans Dieu pour limiter l’action humaine, toute action jugée nécessaire pour atteindre des objectifs idéologiques est acceptable. Les êtres humains ne deviennent rien de plus que des pièces consommables à utiliser dans la poursuite de la société utopique que le communisme promet de créer. Je suis en partie d’accord avec Orsi. Les dirigeants éthiopiens façonnés par cette idéologie ont fait des ravages dans cet ancien pays.
Le Derg se prétendit communiste et essaya de le matérialiser, mais sans succès et de la manière la plus imprudente; et le TPLF prétendait être communiste, de variété albanaise. Bien que le TPLF se prétende communiste, sa philosophie est diamétralement opposée à l’idée de communisme. Le communisme concerne la solidarité et l’unité des prolétariats du monde. En fait, c’est un groupe de style mafieux nationaliste et tribaliste étroit. L’EPRDF a été guidé par la soi-disant démocratie révolutionnaire dans le sens ci-dessus. Cette plate-forme a créé un terrain fertile pour l’épuisement de l’intelligentsia du pays (au sens positif non péjoratif). La méritocratie, les diplômes et le talent étaient des critères secondaires. Ils ont établi et présidé un système social impitoyablement arriéré, selon l’organisation duquel les gens ont été choisis et déplacés vers des positions de succès, de pouvoir et d’influence non sur la base de leurs capacités et de leur mérite démontrés – des critères qui sont devenus, en particulier sous post Derg régimes, des choses hors de propos du passé. Le Derg n’était pas non plus un communiste dans son vrai sens, bien qu’il prétende en être un. C’est une junte militaire. Derg et Junta ont tous deux la même signification – un comité composé d’officiers de l’armée.

Sans moralité, l’humanité est dépouillée de la contrainte nécessaire pour maintenir l’harmonie sociale. Les principes de vérité, de compassion et de tolérance de la pratique spirituelle traditionnelle étaient antithétiques à la règle athée du régime communiste. Le communisme et le socialisme en Éthiopie ont pu entrer dans la brèche et fournir un contrôle social en dominant même les coins les plus infimes de nos vies. Sans tradition, les gens oublient leur héritage, leur culture et les modes de vie qui les rendent humains. Et sans religion, les gens perdent le chemin par lequel ils pourraient tempérer leur caractère intérieur et se sauver de la destruction spirituelle [21].
Je soutiens que la grave incompétence des dirigeants et les excès moraux des régimes dits communistes et socialistes ont contribué aux crises actuelles en Éthiopie, parce que des personnes à faible intelligence morale se sont emparées du pouvoir. Beheshtifar, Esmaeli et Moghadam (2011) [22] affirment que l’intelligence morale est «l’intelligence centrale» pour tous les humains. » Il est considéré comme une forme d’intelligence distincte, indépendante de l’intelligence émotionnelle et cognitive. Lennick et Kiel, auteurs de Moral Intelligence et les auteurs du terme, ont identifié quatre compétences de l’intelligence morale: l’intégrité, la responsabilité, le pardon et la compassion [23]. Les ethno nationalistes en Éthiopie n’ont pas ces compétences et ces valeurs, et leurs scores moraux sont terriblement bas. Les mensonges et la pensée diabolique imprègnent les gens dont l’intelligence morale est déficiente. Beaucoup de nos ethno nationalistes sont infectés par cette endémie. Aklog Birara (2019) les a surnommés ou leurs actions la Grande Muraille des Mensonges. L’ignorance historique, politique, socio-économique et culturelle des intellectuels et des «élites» politiques et sociales éthiopiennes est à son apogée. Il est guidé par une désinformation incessante, des propos haineux et une politique identitaire sans frontières. L’ignorance délibérée et la désinformation concernant les rôles historiques et d’édification de la nation des Amhara sont parmi les phénomènes les plus destructeurs, les plus troublants, les plus déstabilisants et les plus dangereux au monde. [24]

Dans une récente campagne politique, un discours anti-ethnique Amhara [25] diffusé par l’Oromo Media Network (OMN) a suscité la colère de nombreux Ethiopiens, en particulier contre le peuple ethnique Amhara.
La vidéo qui est devenue virale sur diverses plateformes de médias sociaux montrait une jeune femme parlant en langue Afan Oromo envoyant des messages indiquant que tous les Oromo ethniques ne doivent pas vivre avec d’autres ethnies et s’engager dans une forme de contrat social, en particulier avec les Neftegnas (surnom d’habitants d’origine Amhara). «Notre lutte commence avec un mari oromo qui est marié à une dame Habesha (non ethnique-Oromo). Un mari oromo qui est marié avec une femme Habesha ou vice versa doit divorcer même s’il a des enfants », a-t-elle déclaré lors d’un événement spécial organisé par la station elle-même. La jeune femme a déclaré aux participants: «Les personnes de souche oromo ne doivent pas être mariées avec des personnes non oromo. Ceux qui se sont déjà mariés avec un homme ou une femme appartenant à d’autres groupes ethniques devraient reprendre leurs esprits et divorcer », a-t-elle poursuivi en disant:« Ne vous mêlez pas aux autres et n’apportez pas la saleté aux communautés oromo. La lutte Qeerroo sera sur ces personnes Oromo qui s’engagent avec les Neftegna. «Allez, marie-toi avec nous (filles de l’ethnie Oromo). Ceux d’entre vous qui sont nos belles filles qui ont épousé des personnes de Nefetegna obtiennent le divorce aujourd’hui », a-t-elle ajouté. La dame, manifestement ignorante du poids et de la substance de l’affaire dont elle parlait, a été acclamée par les participants, y compris par d’éminentes personnalités politiques du Congrès fédéraliste d’Oromo (OFC), une organisation que beaucoup croyaient représenter un véritable changement en Éthiopie jusqu’à ce qu’un couple il y a des années.

Le tribalisme était un besoin que nos ancêtres pensaient pouvoir surmonter. C’est donc devenu notre plus grande vulnérabilité telle que nous la voyons actuellement dans la politique éthiopienne et ailleurs. La recherche montre que les mariages interethniques enseignent la tolérance sociale, une plus grande capacité à traiter avec compréhension les femmes et les hommes qui sortent avec des origines et des origines nationales ou ethniques différentes, et contribuent en conséquence à l’amélioration des relations entre pays et groupes ethniques. Pourquoi détestons-nous? La haine doit être apprise, selon les experts. «Nous sommes tous nés avec la capacité d’agression et de compassion. Les tendances que nous adoptons nécessitent un choix conscient de la part des individus, des familles, des communautés et de notre culture en général. La clé pour vaincre la haine est l’éducation: à la maison, à l’école et dans la communauté. » Cette sagesse semble être désintégrée dans certaines parties de la région d’Oromo parmi certains groupes (les élites politiques) de ce groupe ethnique autrement fier et culturellement riche. La stupidité collective que nous observons parmi certains groupes de ce groupe ethnique est en grande partie fonction de l’acceptation non critique de reportages biaisés qui déforment ou omettent des faits pertinents sur l’histoire éthiopienne, rendant impossible d’arriver à des conclusions intelligentes. Écoutez Shimelis Abdisa Leaked audio: le Parti de la prospérité et l’hégémonie oromo en Éthiopie [26] et les déclarations controversées de Taye Denda de temps en temps, incitant potentiellement au génocide ou à des troubles civils. Ils sont trop nombreux dans les couches politiques oromo. Dans tous ceux-ci, le Premier ministre montre trois visages: visage pastoral, visage politique et visage actorial. Ces visages intriguent toute la nation, bien qu’il soit toujours très [?] Populaire. (Je reviendrai sur ces trois visages – déroutants et dangereux – dans un ouvrage séparé avec des données adéquates).
Conclusion et voie à suivre

Tout cela me fait penser que nous devons développer notre intelligence collective principalement auprès de nos élites politiques de toute urgence – et le plus rapidement possible. Nous avons besoin de moyens pour mieux réfléchir ensemble, pour développer des réponses positives à nos circonstances communes et pour co-créer notre avenir commun en tant qu’Éthiopiens. La mauvaise nouvelle est que notre culture politique contradictoire et fragmentaire nous empêche dans ces efforts destructeurs. La bonne nouvelle est qu’il existe des outils efficaces qui, si nous les utilisons bien, pourraient nous faire dépasser la dynamique stupéfiante de notre culture politique ethnique qui a envahi l’Éthiopie au cours des trente dernières années. Dans des circonstances normales, l’intelligence collective utilise la diversité et certains conflits pour générer une plus grande compréhension et une coexistence mutuelle par opposition à la violence et au meurtre. Gérée correctement, la diversité nous alerte sur de nouvelles perspectives et possibilités, et un «conflit sain» stimule un apprentissage collectif rapide. Ce sont des trésors à utiliser, pas simplement des obstacles à éviter ou des problèmes à résoudre. Un effort concerté est nécessaire pour lutter contre les informations fausses et déformées.
Il est possible d’inverser la stupidité collective qui engloutit la région dans l’intelligence collective en renforçant les bonnes volontés des aînés, des femmes et des membres sages du groupe. Lors de l’identification des personnes qui conduiront le succès et l’importance à long terme, en particulier dans la direction d’une nation comme l’Éthiopie et sa multitude de nationalités, les éléments nécessaires pour y parvenir sont l’intelligence collective en tant que somme d’un esprit fort (QI élevé); une forte capacité à influencer les gens à un niveau émotionnel (QE élevé) Un caractère positif fort (CQ élevé).

L’Éthiopie, et en particulier Addis-Abeba, est une société cosmopolite où de nombreuses personnes ethniquement ou racialement et religieusement diverses vivent en paix depuis de nombreuses années. Au cours de l’histoire, de nombreuses villes comme Harar et Addis-Abeba ont été un creuset et les Éthiopiens d’aujourd’hui ressemblent à leurs ancêtres dans leur immense tolérance à l’égard des différences ethniques en dépit de la déraillement de certains politiciens et militants ethno-nationalistes. motifs sinistres. Ce qui fait la cohésion du pays, c’est un esprit de corps fondé sur une culture traditionnelle, qui à son tour tire sa solidité des racines d’une histoire riche ainsi que d’un destin commun pour tous ceux qui s’engagent à vivre ici. Ce sont des gens intelligents et des politiciens talentueux qui comprennent la dynamique de ce fait et peuvent empêcher le pays de succomber à la longue guerre civile qui peut être si difficile à mettre fin.

 

Notes :

[1] Menelik II est né le 17 août 1844 à Ankober, Shewa, Ethiopie. Il était roi de Shewa et empereur d’Éthiopie (1889–1913). L’un des plus grands dirigeants éthiopiens, il a étendu l’empire presque jusqu’à ses frontières actuelles, a repoussé une invasion italienne lors de la grande bataille d’Adwa et a mené un vaste programme de modernisation. Il mourut en 1913.(https://www.biography.com/people/menelik-ii-9405715)

[2] Le Derg, Common Derg ou Dergue (Ge’ez: ደርግ, qui signifie «comité» ou «conseil») est le nom abrégé du Comité de coordination des forces armées, de la police et de l’armée territoriale qui a dirigé l’Éthiopie de 1974 à 1987.

[3] https://blogs.worldbank.org/governance/how-make-sense-government-accountability

[4] Hodson, G., MacInnis, C.C., & Busseri, M.A. (2017). Bowing and kicking: Rediscovering the fundamental link between generalized authoritarianism and generalized prejudice. Personality and Individual Differences, 104, 243-251. DOI: 10.1016/j.paid.2016.08.018

[5] Berhanu, G. (2001). Apprentissage – en contexte. Une enquête ethnographique sur les expériences d’apprentissage médiatisées chez les juifs éthiopiens en Israël. Göteborg: Acta Universitatis Gothoburgensis, Göteborg étudie les sciences de l’éducation 166.

[6] Gottfredson, L. S. (1998). The general intelligence factor. Scientific American Presents, 9(4), 24-29.

[7] How Collective Intelligence Can Change Our World, by Geoff Mulgan. Copyright © 2018 by Princeton University Press.

Aggarwal, Ishani, et al. “Cognitive diversity, collective intelligence, and learning in teams.” Proceedings of Collective Intelligence (2015).

[8] Aggarwal, Ishani, et al. “Cognitive diversity, collective intelligence, and learning in teams.” Proceedings of Collective Intelligence (2015).

[9] Steier, F. (1995). Research and reflexivity. London, England: Sage. And, Boud, D., Keogh, R., Walker, D. (Eds.). (2000). Reflection: Turning experience into learning. New York, NY: Nichols.

[10] Mulgan, Geoff. “True Collective Intelligence? A Sketch of a Possible New Field.” Philosophy & Technology 27.1 (2014): 133-142.

[11] https://www.patheos.com/blogs/geneveith/2020/11/research-shows-benefits-of-a-classical-christian-education/?utm_source

[12] https://www.patheos.com/blogs/geneveith/2020/11/research-shows-benefits-of-a-classical-christian-education/?utm_source=share_bar. (Ceux qui ont reçu une éducation chrétienne classique ont surpassé leurs pairs dans pratiquement toutes les catégories, souvent d’un ordre de grandeur. Voir les résultats sur ce site Web. Lire l’étude complète, intitulée Good Soil:  A Comparative Study of ACCS Alumni Life Outcomes.)

[13] https://capitalethiopia.com/society/emperor-meneliks-compassion/ (By Haile-Gebriel Endeshaw)

[14] Pankhurst, K.P. (1998) The Ethiopians: A History, The Peoples of Africa Series, Oxford: Blackwell Publishers, ISBN 0-631-22493-9;The Battle of Adwa: African Victory in the Age of Empire by Raymond Jonas (Cambridge, Massachusetts: Belknap Press, 2011).

[15] Le TPLF était, jusqu’à il y a deux ans, le parti principal et le plus puissant au sein du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), la soi-disant coalition politique au pouvoir qui se compose de quatre partis politiques. Le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien soutenu par le TPLF a pris le pouvoir après l’effondrement du Derg en 1991.

[16] Also https://ethiopoint.com/the-barbaric-end-a-sequel-to-the-last-supper/?no_cache=1609718738&amp=1

[17] https://www.counterpunch.org/2020/12/31/the-final-hours-of-ethiopias-tplf-regime/

[18] https://www.bbc.com/news/world-africa-54805088

[19] https://ecadforum.com/2020/12/06/the-midnight-attack-on-an-army-camp-that-plunged-ethiopia-into-war/amp/

[20] https://www.cnsnews.com/commentary/rev-michael-p-orsi/communism-and-christianity-cannot-coexist

[21] https://www.theepochtimes.com/communism-aims-to-destroy-humanity-by-attacking-culture-and-morality_2567527.html

[22] Beheshtifar, M., Esmaeli, Z., & Moghadam, M. N. (2011). Effect of moral intelligence on leadership. European Journal of Economics, Finance and Administrative Sciences, 43, 6-11.

[23] Lind, Georg (2008). “The meaning and measurement of moral judgment competence: A dual-aspect model”. In Fasko, Daniel Jr; Willis, Wayne (eds.). Contemporary Philosophical and Psychological Perspectives on Moral Development and Education. Hampton Press. pp. 185–220.

[24] L’ignorance mène à des morts et à des incarcérations massives. L’ignorance maintient l’Éthiopie pauvre, arriérée et vulnérable aux menaces extérieures. L’ignorance décourage le développement. L’ignorance conduit à la destruction des immeubles de placement (Birara, 2019). (Blocage de la politique éthiopienne et conséquences imprévues. Pourquoi l’ignorance volontaire doit-elle être combattue maintenant?https://theworldnews.net/et-news/ethiopia-s-policy-logjam-and-unintended-consequences.

[25] The Amhara Genocide ignored by the world (2016) Moresh Wogene Amhara Organization Research and Study Department Washington DC Contact Details: Tel: 202 6770094;9085100337 2016

[26] https://ecadforum.com/2020/08/09/shimelis-abdisa-leaked-audio-prosperity-party-and-oromo-hegemony-in-ethiopia/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.