Trois pour un: les multiples visages d’Abiy Ahmed – Premier ministre éthiopien et lauréat du prix Nobel de la paix

Introduction
● La nation aura beaucoup de mal à admirer les dirigeants qui gardent les oreilles sur le sol. – Sir Winston Churchill
● Tous les grands leaders ont une caractéristique en commun: c’est la volonté d’affronter sans équivoque la grande angoisse de leur peuple en leur temps [italiques moi]. C’est l’essence du leadership, et pas grand-chose d’autre. – John Kenneth Galbraith
À l’été 2018, quelques mois seulement après la prestation de serment d’Abiy Ahmed, j’ai commencé à avoir le sentiment instinctif que quelque chose n’allait pas avec un dirigeant largement considéré comme le plus brillant espoir de l’Afrique pour l’avenir.
A l’époque, il fallait être fou pour douter d’Abiy Ahmed. Dans une nation fatiguée d’un régime autoritaire, voici un Premier ministre qui pousse quotidiennement des réformes démocratiques. Il était le plus jeune dirigeant d’Afrique, pas un détail mineur dans un continent mal géré par des dinosaures politiques vieillissants comme Robert Mugabe du Zimbabwe, Paul Biya du Cameroun ou Teodoro Obiang de Guinée équatoriale, pour n’en citer que quelques-uns. Certes, les Éthiopiens l’adoraient – du moins le semblait-il. Les médias mondiaux l’ont félicité – bien sûr qu’ils l’ont fait.

Un mot a tout dit: Abiymania. C’était une description parfaite pour un leader africain célèbre qui semblait faire tous les bons bruits. Les prisonniers politiques ont été libérés par milliers et d’éminents exilés ont été accueillis à bras ouverts. Même les médias locaux et les journalistes ont été invités à faire ce qu’ils voulaient – les jours de harcèlement étaient révolus. La corruption, a-t-il promis, serait une chose du passé et ceux qui en ont bénéficié paieraient pour leurs péchés. Et puis vint la cerise sur le gâteau: un accord de paix soudain avec l’Érythrée, un pays qui était en semi-guerre avec l’Éthiopie depuis aussi longtemps que l’on s’en souvienne. Pour le geste, Abiy Ahmed a reçu le prix Nobel de la paix en 2019.

Qui pourrait avoir des doutes sur un tel leader? Eh bien, pas mal d’Ethiopiens, en fait. Un premier moment de frémissement a été la publication de son livre Medemer, traduit vaguement par «lutter ensemble» et rendu public ad nauseam par le gouvernement et ses fidèles diffuseurs. Le livre n’est pas un chef-d’œuvre sur le pouvoir et la société, mais plutôt un best-seller pseudo-philosophique du type «Who Ate My Cheese?» Et «7 Morning Routines of Successful People». Abiy Ahmed a affirmé que cela résoudrait les divisions politiques de l’Éthiopie, mais pour beaucoup, cela ressemblait à l’étrange troisième théorie universelle de Kadhafi et à d’autres amusements mégalomanes: en bref, il offre un peu de tout et beaucoup de rien.

Alors que les premières réalisations d’Abiy Ahmed étaient indéniables, des inquiétudes ont été exprimées quant au pouvoir dans les coulisses: les autographes et les séances de photos mis à part, Abiy Ahmed avait éradiqué une élite dirigeante qui avait passé 30 ans à perfectionner leur dictature ethnique – l’une des plus impitoyables d’Afrique. et capable. Pourrait-on honnêtement s’attendre à ce qu’ils reculent sans un dernier combat? Tout aussi inquiétantes étaient les promesses impossibles d’Abiy Ahmed, qui étaient destinées à devenir des promesses non tenues et finalement à susciter la colère sociale. Effectivement, au moment où il a accepté le prix Nobel de la paix, le pays dans son ensemble était en train de s’effondrer. Cela a commencé avec l’étrange massacre ici et une série de meurtres là-bas, mais rien n’a été fait à ce sujet, même s’il était clair qu’il ne s’agissait pas de tragédies isolées mais d’une campagne d’agitation politique soigneusement orchestrée. Le retour de flamme des promesses non tenues d’Abiy Ahmed avait commencé et des milliers d’Éthiopiens étaient voués à mourir de manière horrible pour cela.

Et tout au long, nous avons pu voir Abiy Ahmed sans arrêt. Cela vaut la peine de le souligner car, pour les Éthiopiens, cela représentait un changement colossal par rapport à l’attitude sombre de ces prédécesseurs, notamment du Premier ministre Meles Zenawi. Pendant près de 25 ans, les citoyens n’ont jamais vraiment pu voir leur chef: ils ont eu la chance de l’avoir quelques instants à la télévision, généralement avec un visage sérieux et un message tout aussi sérieux – essentiellement: «  Je sais ce qu’il faut faire si fermé et écoutez ». Meles Zenawi a été félicité pour son esprit vif, pas pour sa gentille empathie, et ceux qui n’étaient pas d’accord avec lui l’ont payé cher. Abiy Ahmed, en ce sens, représentait une bouffée d’air frais. Son visage souriant était partout et il parlait couramment les médias sociaux. Bien qu’il semble que les millions de jeunes citoyens éthiopiens ne puissent pas en avoir assez de lui, l’ombre de sa lumière brillante est impossible à ignorer. En moins de deux ans, les Éthiopiens ont été témoins de sa performance politique presque parfaite –Abiy l’Acteur– et ont été bombardés par ses actes de prédication –Abiy le Pasteur. Mais sa popularité s’érodait, notamment en raison de sa réticence à s’attaquer aux massacres hebdomadaires qui mettaient le pays à genoux. La période de lune de miel terminée, le Premier ministre s’est engagé à défendre son pouvoir avec plus que du style et de bonnes paroles. Le moment était venu pour les Éthiopiens de rencontrer le prince Abiy – et il aurait en effet rendu Macchiavelli très fier.

Pour qu’un leader réalise ses bonnes intentions, il doit d’abord se maintenir au pouvoir. C’est là que les choses deviennent laides: la survie sur le trône est parsemée de dilemmes moraux et une fois qu’un principe éthique est brisé pour le «plus grand bien», il peut facilement se détériorer complètement. Abiy Ahmed a décidé de tester cette théorie avec des résultats prévisibles. Face à l’opposition farouche des élites déchues et ayant trahi des millions de jeunes Oromos avec ses promesses impossibles, il semblerait qu’une douzaine de civils assassinés puissent être ignorés afin de maintenir l’illusion que l’Éthiopie prospérait sous son sage règne. Alors que les massacres s’intensifiaient dans tout le pays, les milliers de victimes pourraient tout aussi bien être écartées. Il avait suffisamment de problèmes sur sa table et les familles en deuil n’étaient pas sur le point de partir.Dès le début de son mandat, il était clair qu’Abiy Ahmed n’avait pas le plein contrôle. Diverses tentatives ont été faites sur sa vie et des soldats mutins ont même marché jusqu’aux portes de son palais. Les commandants de l’armée régionale ont tenté de le renverser. Face à de tels dangers, il a choisi de tourner des coups de pub pour se rendre «intouchable» aux yeux de la communauté internationale. Et cela a fonctionné: bonne chance pour tenter d’évincer un prix Nobel de la paix par un coup d’État. Les Éthiopiens ordinaires ont compris cette stratégie, mais ils ne savaient pas pourquoi il avait choisi d’ignorer activement le meurtre de masse de milliers de citoyens dont le seul «crime» était de naître avec une «mauvaise» étiquette ethnique. Les observateurs internationaux ont averti qu’une culture de préparation au génocide s’est installée dans de grandes parties du pays et que Genocide Watch déclare même, sans équivoque, qu’un génocide est déjà en cours. La réponse du Premier ministre? Rien. Un silence assourdissant.
Une partie de ce déni est due aux amitiés maladroites d’Abiy Ahmed. Certains de ses plus proches collaborateurs, comme son bras droit Shimelis Abdissa, se sont livrés à des discours de haine ethnique avec enthousiasme. Dans le contexte actuel, la «  mauvaise étiquette ethnique  » signifie que vous vivez à Oromia mais que vous n’êtes pas Oromo, ou que vous vivez au Tigray et que vous n’êtes pas Tigrayan, ou que vous vivez à Benishangul-Gumuz et ne faites pas partie d’un «  indigène  » grouper. Dans la région d’Oromia, les milices terrorisent quiconque n’est pas Oromo avec le mot-code «Neftegna», ou colon, et une mort horrible attend ceux qui sont pris pour cible. Les chiffres sont stupéfiants: des centaines sont tués lors de raids soudains sur des villages, poignardés et éventrés, taquinés et humiliés par leurs assassins. Leurs exploits horribles sont capturés sur pellicule, les avantages de l’ère de la téléphonie mobile. Les similitudes avec le Rwanda sont trop flagrantes pour être ignorées: la langue utilisée, les schémas de meurtre, même les armes brutes.Rien de tout cela n’a d’importance dans le domaine mental d’Abiy Ahmed. Fin 2020, alors qu’un autre massacre de masse a été signalé au cours duquel des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants ont été enfermés dans une salle d’école et abattus à la mitrailleuse, Abiy Ahmed a décidé de se déguiser en policier dans les rues d’Addis-Abeba. et surprenez les conducteurs inattendus, qui ont ensuite reçu ses vœux personnels pour les vacances de Noël. C’était un autre coup publicitaire mignon, rendu d’autant plus dégoûtant par le fait qu’il n’a pas dit un mot sur le massacre. Alors que l’Éthiopie descend aux enfers, on est obligé de se demander si son action politique fait partie d’une stratégie sophistiquée de négation du génocide ou simplement le résultat d’un leadership politique inepte et faible. Il n’y a pas de réponse facile. Il est difficile d’imaginer que le sourire d’Abiy Ahmed cache un monstre intérieur; c’est encore plus invraisemblable à considérer qu’un politicien aussi incompétent ne réussirait à se mettre au pouvoir dans le monde acharné de la politique éthiopienne. Peut-être qu’Abiy Ahmed est un peu de tout, chaque côté de ses multiples personnages ignorant parfaitement les autres.
Le premier ministre semble posséder deux ou plusieurs identités avec leurs propres humeurs, comportements et expériences respectifs. Abiy l’acteur est plus gentil qu’Abiy le prédicateur, et aucun des deux ne peut égaler la cruauté d’Abiy le prince. A peine les Éthiopiens sont-ils enseignés sur les vertus d’un régime démocratique responsable – le prédicateur à son meilleur – qu’ils apprennent de leur propre Premier ministre qu’il était, en fait, «  choisi  » pour diriger le pays à un jeune âge, lorsque sa mère a prophétisé qu’il se lèverait pour devenir le 7e roi d’Éthiopie – Biy l’Acteur. Les prisons sont à nouveau pleines de prisonniers politiques, des étudiants ordinaires qui ont exprimé de mauvaises pensées sont simplement abattus par les forces gouvernementales – Biy le Prince.L’Éthiopie à la croisée des chemins
Le sort de millions d’Éthiopiens est actuellement entre les mains de foules ethno-fascistes qui ont une relation ambivalente avec le gouvernement. En cela, ils ressemblent aux milices Interahamwe du Rwanda dans la préparation du génocide final d’avril 1994, qui avaient des liens étroits avec des représentants du gouvernement mais qui étaient aussi farouchement opposées à sa politique prétendument «modérée» à l’égard de la minorité tutsie du pays. Dans le contexte de l’Éthiopie, les milices Qeerroo avaient jadis pris le parti d’Abiy Ahmed dans sa quête du pouvoir, pris dans ses nombreuses promesses d’un pays des merveilles oromo dans lequel il n’y avait plus de «colons» traitant la terre. C’était un cas d’école de propagande génocidaire depuis le tout début, mais Abiy Ahmed était heureux de l’adopter: ces ethno-fascistes étaient, après tout, sa circonscription principale, et pendant les mois d’Abiymania, il s’est mis en quatre pour les féliciter. et leur leadership. Une fois que ces radicaux ont compris que leur Premier ministre n’avait aucune intention de tenir ses promesses, ils ont répondu en le dénonçant violemment comme un traître aux Oromo. Ils l’auraient heureusement tué pour cela, mais comme c’était difficile sur le plan logistique, ils ont orienté leur colère vers des civils innocents. Des milliers de soi-disant Neftegnas ont été massacrés: c’est-à-dire des civils non-Oromo vivant dans l’État régional d’Oromia.

Ce qui est actuellement le plus alarmant, ce n’est pas la corruption et l’utilisation abusive des ressources de la nation par des dirigeants toxiques, mais les crimes d’atrocité commis contre des civils. La dernière attaque majeure a eu lieu la semaine dernière dans la région d’Amhara, Ataye, Kara Kore Kemissie et Showa Robit – avec un grand nombre de causalités et de déplacements. Les villes sont détruites. Les attaques ont été menées par le Front de libération d’Oromia avec l’aide des forces de sécurité et paramilitaires de l’État d’Oromia. À cet égard, le gouvernement a failli à son devoir le plus fondamental de protéger la sécurité des citoyens. Les Éthiopiens de l’ethnie Amhara résidant en dehors de la région d’Amhara sont systématiquement étiquetés comme des étrangers qui méritent des attaques de représailles. La haine est devenue si normalisée que les Amharas sont maintenant attaqués dans leur propre région par des milices oromo. Le chant «A bas Neftegna» ​​n’est pas seulement le mot à la mode de ces radicaux, mais une déclaration sans équivoque dans son objectif de cibler les personnes «Neftegna» ​​vivant dans les régions d’Oromia et de Benishangul. Des dizaines de vidéos en ligne montrent des manifestants et leurs organisateurs politiques faisant un effort supplémentaire et scandant de violentes menaces contre des civils innocents. L’impunité est une grande source d’encouragement pour les auteurs – et qui peut les en blâmer? Personne n’a été traduit en justice pour aucun de ces massacres d’Amharas – ou de «Neftegnas» dans le langage de leurs assassins. En bref, la vie d’un citoyen amhara en Éthiopie est considérée comme sans valeur sous le régime d’Abiy [1].Abiy le prédicateur
Le Premier ministre appartient à une église protestante connue sous le nom de Prosperity Gospel Church ou Mulu Wongel (Full Gospel) Believers Movement. Abiy Ahmed aime prêcher et apprécier son rôle de nouveau pasteur de la nation. Il sait certainement comment parler, mais les Ethiopiens n’ont pas encore vu leur Premier ministre agir sur les principes de base de la conduite pastorale en réconfortant les familles de ceux qui ont été brutalement massacrés par des ethno-fascistes. En fait, Abiy Ahmed évite d’attirer les massacres et à cette fin, il s’engage dans toutes sortes de contorsions linguistiques: lorsque des centaines de civils innocents sont poignardés et matraqués à mort à cause de leur étiquette «  Neftegna  », ceux-ci ne sont mentionnés qu’en passant comme inter -les conflits communautaires.
Les citoyens amhara ne sont pas la seule cible, mais aussi «leur religion». Abiy Ahmed a un os à cueillir avec l’Église orthodoxe éthiopienne. En, il prend la direction de ses prédécesseurs du régime TPLF qui a dirigé l’Éthiopie du début des années 1990 jusqu’à l’arrivée au pouvoir d’Abiy. L’Église orthodoxe représente tout ce que ces politiciens méprisent: l’idée d’une foi organisée qui encourage la compréhension mutuelle et un sentiment de communauté éthiopienne. Si votre pouvoir est basé sur la division des personnes selon des critères ethniques et la promotion des intérêts de certains au détriment des autres, il s’ensuit qu’une telle institution est une menace religieuse.

René Lefort (2020) a écrit que «la foi du Premier ministre dicte sa vision et ses actions politiques. Quelques personnes interrogées éthiopiennes pensent qu’il exploite effrontément cette foi pour renforcer sa légitimité. Ils sont d’accord avec un analyste de la diaspora qui soutient qu ‘«Abiy a délibérément conçu un ethos trompeur comme outil de persuasion» [2]. Il est donc probablement justifié de suggérer que ce n’est pas un hasard s’il a choisi le nom de Parti de la prospérité pour la structure non ethnique qu’il a créée sur les ruines de l’ancienne coalition au pouvoir – composée de représentants des quatre régions les plus puissantes – qui détenu le pouvoir pendant 27 ans. Le credo de l’Évangile de la prospérité est que plus la croyance est forte, plus Dieu récompensera le croyant avec des bénédictions financières. La richesse est un cadeau du Tout-Puissant à ceux qui la méritent [3]. Selon Lefort (2020), il n’y a donc pas de contradiction entre la moralité stricte des croyants et la pratique d’Abiy d’attirer des partisans avec des cadeaux et des positions.
Un article intitulé Pentecôtisme en Ethiopie (The Economist) [4] mentionne qu’Abiy Ahmed est un pieux pentecôtiste, tout comme son prédécesseur immédiat Hailemariam Desalegn. Le plus proche allié d’Abiy Ahmed, Lemma Megersa, ancien président de l’État régional d’Oromia, est membre du conseil d’administration des Assemblées de Dieu. La plupart des membres de haut rang du parti politique d’Abiy Ahmed sont des adeptes du pasteur Gemechis Desta, un prédicateur pentecôtiste. Les effets de ceci sont faciles à voir, comme le montre clairement l’article de The Economist: la politique d’Abiy n’est enracinée ni dans des structures établies, ni dans un précédent historique, ni dans des institutions: «Parce que la vérité est avec nous, personne ne nous arrêtera… Parce que nous travaillons s’accrochant à la vérité, le Dieu d’Éthiopie nous assistera »[5]. Abiy Ahmed déclare ouvertement qu’il se croit choisi par Dieu pour sauver l’Éthiopie, et qu’à condition que ses politiques soient guidées par Dieu, il finira par en sortir victorieux. «Beaucoup de ses discours de type sermon sur l’amour et le pardon invoquent Dieu. De plus, beaucoup de ses disciples le considèrent comme étant en mission divine. Il semble être d’accord, ayant dit que, enfant, sa mère avait prophétisé son ascension ».Pour le peuple soumis de l’ethnie Amhara, en revanche, la vision du Premier ministre Abiy Ahmed peut être vue comme une tentative d’anéantir leur groupe ethnique et de créer une nation dominée par les Oromo.
L’utilisation de la structure de gouvernance pour éliminer les Amharas était l’une des stratégies clés de l’architecture du génocide amhara. L’état régional d’Oromia, la zone de Sidamo, l’état régional de Benshangul Gumuz en sont de bons exemples. Surtout dans la région d’Oromia, le président de la région, Shimelis Abdissa, a clairement déclaré à de nombreuses reprises en public et lors de conférences que le but ultime des Oromos est de paralyser les amharas et de les priver de leurs droits et de les éliminer [6].
Les visages politiques d’Abiy Ahmed
Les ambitions politiques d’Abiy Ahmed sont difficiles à comprendre, notamment parce que sa rhétorique ne correspond pas à la pratique. Dans un pays où des millions de personnes vivent dans la peur d’être massacrées lors d’une nouvelle série hebdomadaire de massacres, il préfère ouvrir de nouveaux parcs et planter des arbres. Rien de tout cela n’est une politique, mais de simples séances de photos du genre de célébrités hollywoodiennes se livrent. Le premier ministre, dans ce sens, semble vivre dans un monde parallèle de fiction.
Il y a aussi très peu de responsabilité dans son administration. La responsabilité est un concept insaisissable, mais comprendre d’où elle vient peut aider les citoyens à trouver des moyens de responsabiliser les gouvernements. Au sens le plus étroit, la responsabilité fait référence à l’obligation de rendre compte de son action à des individus, groupes ou organisations [7]. Cela ne se produit pas dans le régime d’Abiy Ahmed, où les forces gouvernementales sont complices de massacres et où rien n’est dit à ce sujet. Interrogé sur ces atrocités, il écarte la question avec une réponse terriblement indifférente: «Je ne suis pas une milice ou une police qui contrôle les activités des activités au niveau du district ou du village».

Le chemin rwandais vers l’enfer
Parlant d’avertissements ignorés, le génocide rwandais était un nettoyage ethnique et un massacre bien planifiés de 800 000 Tutsis et Hutus «modérés» au Rwanda. Le génocide, qui a débuté le 6 avril 1994, a été orchestré par les Hutus, qui ont non seulement attaqué les Tutsis, mais aussi n’importe lequel de leurs camarades Hutu qui les ont protégés. Le génocide était en cours depuis au moins 1992, lorsque l’ambassadeur de Belgique au Rwanda a averti que les Hutus se préparaient à un nettoyage ethnique. Un autre Belge, le professeur Filip Reyntjens, a également comparu devant le sénat belge et a averti que les Hutus dirigeaient des escadrons de la mort. Il a même mentionné l’un de leurs chefs comme le colonel de l’armée rwandaise Theoneste Bagasora, qui commandera plus tard le génocide. En janvier 1994, le commandant des troupes de l’ONU au Rwanda, le général Roméo Dallaire de Belgique, a également envoyé un fax, maintenant connu sous le nom de «fax du génocide», à l’ONU, avertissant que les Hutus avaient l’intention d’éliminer les Tutsis. Il a demandé plus de troupes et la permission d’attaquer une cache d’armes hutu. L’ONU a rejeté ses demandes et lui a plutôt dit d’informer le gouvernement rwandais, qui était rempli des mêmes personnes qui planifiaient le génocide. Le même mois, Dallaire a saisi une cache d’armes, qui a été placée sous la garde des Nations Unies et des troupes rwandaises – les mêmes troupes rwandaises qui entraînaient les rebelles qui ont commis le génocide [10].
Ce qui se passe actuellement en Éthiopie a une similitude exacte avec l’avertissement ignoré du génocide rwandais. Un génocide est en train de se produire actuellement en Éthiopie. Les gens demandent de l’aide. La seule chose qu’ils veulent, c’est vivre. Ils réclament la justice, pas la rhétorique prétentieuse et actoriale. Mais le gouvernement qui est censé les protéger parraine ce génocide [11]. Depuis l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed, il y a un génocide généralisé et les Amharas et d’autres groupes non oromo comme les Guraghes, les Gamos et d’autres peuples sont devenus la cible des fanatiques oromo dans la région d’Oromia.

Borkena (17 avril 2021 [12]) a rapporté que les nationalistes de l’ethnie oromo radicale ont déclenché une attaque organisée pendant quatre jours d’affilée dans les régions du nord de Shoa et de Kemissie – centre de l’Éthiopie. Le gouvernement fédéral n’a pas encore fait remarquer la situation alarmante dans le centre de l’Éthiopie. Pour le Premier ministre Abiy Ahmed, c’était comme d’habitude. Il agit juste comme si de rien n’était, visage Actorial! Il faisait plutôt la une des journaux avec la cérémonie d’inauguration d’un nouveau bâtiment qui serait désigné comme le siège du service de renseignement [13].
Les conversations sur les réseaux sociaux tendent à lier l’attaque organisée au nom du Front de libération d’Oromo (OLF -Shane) comme quelque chose qui est plutôt orchestré par les forces anti-éthiopiennes au sein de la structure gouvernementale. Les zones qui ont fait l’objet de nouvelles attaques se trouvent dans les régions d’Amahra en Éthiopie, et beaucoup considèrent les attaques comme faisant partie d’un génocide d’Amhara en cours. Il y a eu une série de massacres dans les régions oromo de l’Éthiopie visant l’ethnie amhara. Le génocide d’Amhara semble être une réalité plus que jamais, mais la réaction du gouvernement est presque inexistante [14].

 

 

Editor’s note : The article with footnote is available 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.